Les 7 répéteurs de VE2RWQ
Jeudi, 25 Mai 2017
Nouvelles Récentes

Archive

La grande histoire du son et de l'enregistrement à Montréal au XXe siècle

13-02-2016
Le chien Nipper de RCAreportage de Radio-Canada....

La grande histoire du son et de l'enregistrement à Montréal au XXe siècle

Mise à jour le samedi 13 février 2016 à 6 h 18 HNE
Le chien Nipper de RCALe chien Nipper de RCA  Photo :  ICI Radio-Canada/Marie-France Abastado

Peu de gens savent que Montréal a été l'une des plaques tournantes de l'industrie du son et de l'enregistrement au siècle dernier, une grande histoire à laquelle nous convie le Musée des ondes Émile Berliner. Visite d'une véritable caverne d'Ali Baba.

 

Un texte de Marie-France Abastado Courriel   à Désautels le dimanche

 

Certains se souviennent peut-être du chien Nipper, celui qu'on voyait écoutant la voix de son maître dans le cornet d'un gramophone, et qui a donné le fameux slogan « His Master's Voice », la voix de son maître.

C'est entre autres cette histoire que nous rappelle le Musée des ondes Émile Berliner, un tout petit musée qui raconte une grande histoire, celle de l'enregistrement, de la diffusion du son et des télécommunications. Une histoire dans laquelle Montréal occupe une grande place, particulièrement dans la première moitié du 20e siècle à l'époque où la métropole était un peu la Silicon Valley du Canada.

Une collection de 30 000 pièces

Un gramophoneUn gramophone  Photo :  Musée des ondes Émile Berliner

Ce gramophone n'est qu'un exemple de ce que le Musée des ondes Émile Berliner compte de trésors : une collection de 30 000 objets reliés à la diffusion du son et de l'image, des appareils fabriqués entre 1903 et aujourd'hui : gramophones, radios domestiques ou militaires, des télévisions aux formes les plus diverses et, bien sûr, des milliers de disques de 33, 45 ou 78 tours.

Des objets qui témoignent de la riche histoire de Montréal en matière d'enregistrements sonores avec Émile Berliner au début du siècle, de radio et de télévision avec RCA et de télécommunications avec les premiers satellites Alouette.

Vue de la rue Lenoir en 1912, avec l'immeuble RCAVue de la rue Lenoir en 1912, avec l'immeuble RCA  Photo :  Archives Musée des ondes Émile Berliner

C'est Émile Berliner, l'inventeur du gramophone, qui a fait construire à Saint-Henri en 1900 l'immeuble dans lequel se trouve aujourd'hui le Musée des ondes. La Berliner Gramophone Company imprime pendant les premières décennies du siècle dernier dans ces locaux des milliers de disques, notamment des artistes locaux.

En 1939, quand le Canada entre en guerre contre l'Allemagne, les manufactures du pays sont mobilisées pour participer à la fabrication d'équipement militaire. Entre-temps, la Émile Berliner Company a été rachetée par la Radio Corporation of America, la RCA, qui n'échappe pas à l'effort de guerre. L'exposition en cours au Musée des ondes, La radio montréalaise en temps de guerre, porte précisément sur la période 1939-1945.

« À Montréal, les efforts de guerre ont réuni toutes les compagnies : Marconi, Westinghouse, Northern Electric qui ont toutes contribué à produire les mêmes types d'appareils, le même type de lampes, pour l'effort de guerre. Montréal a produit des quantités astronomiques de radios qui ont servi dans les avions, les bateaux, les jeeps sur le terrain pour les alliés », explique Michel Forest, commissaire de l'exposition.

Radios militairesRadios militaires  Photo :  ICI Radio-Canada/Marie-France Abastado

Toutes les radios exposées ne fonctionnent pas, mais certaines d'entre elles ont été remises en état de marche. Et ce, grâce aux bons soins et à la passion des membres du Club des vieilles lampes.

Le Club des vieilles lampes

Joe MatthewsJoe Matthews  Photo :  ICI Radio-Canada/Marie-France Abastado

Le Club des vieilles lampes se réunit tous les mercredis à l'entrepôt du Musée des ondes, au sous-sol de l'immeuble RCA, pour trinquer, manger et surtout pour réparer télévisions, amplificateurs et radios anciennes.

Ces retraités proviennent d'horizons différents - designer industriel, professeur d'histoire de l'architecture ou réparateur de radios et télévisions de père en fils - mais ils ont en commun la passion des appareils à diffuser le son, particulièrement quand ils sont à lampe.

Joe Matthews, cheveux gris en bataille et grosses lunettes de métal sur le nez, répare une vieille radio Zénith qui pourra à son tour trôner sur une des étagères du Musée lors d'une prochaine exposition. Cet ancien technicien de CNCP Télécommunications ne jure que par les appareils sonores anciens.

« Dans le temps, quand on achetait un appareil comme celui-là, c'était entendu qu'on le gardait pour 10, 15, 20 ans, puis il marchait pendant ce temps-là. Ce n'était pas l'idée que l'année d'après, il y aurait un nouveau modèle », dit Joe Matthews.

 

 

Pour écouter l'extrait à l'aide d'un appareil mobile, cliquez ici.

Réduire la collection

Mais amour ou pas pour les appareils anciens, le Musée doit se départir d'une partie de sa collection, faute de place. Non seulement le Musée des ondes doit réduire son espace d'entreposage, mais sa salle d'exposition est toute petite. En fait, les moyens dont dispose le Musée sont inversement proportionnels à l'importance qu'a eue Montréal dans l'histoire du développement des technologies de télécommunication.

« Montréal était comme la Silicon Valley du Canada à l'époque », raconte Jean Bélisle, professeur retraité de l'Université Concordia, spécialiste en architecture industrielle.

 

 

Pour écouter l'extrait à l'aide d'un appareil mobile, cliquez ici.

Le reportage de Marie-France Abastado est présenté à Désautels le dimanchesur ICI Radio-Canada Première, le 14 février dès 10 h.

Le premier satellite canadien

Mais le développement des technologies dans l'immeuble RCA ne s'arrête pas à la fabrication de gramophones, de disques et de radios. Dans ses murs, pendant la guerre froide, on a aussi fabriqué le premier satellite canadien, Alouette 1. 

 

 

Pour écouter l'extrait à l'aide d'un appareil mobile, cliquez ici.

« RCA Victor a vraiment pris une place importante dans les efforts d'après-guerre, particulièrement pendant la guerre froide », explique Michel Forest, commissaire d'exposition.

Ancien appareil radioAncien appareil radio  Photo :  ICI Radio-Canada/Marie-France Abastado

Manque de fonds

Mais pour raconter toute cette histoire, il faudrait plus d'argent pour financer le Musée des ondes. Le Musée a bien reçu des fonds du gouvernement fédéral pour une étude de faisabilité. Mais maintenant, dit Pierre Valiquette, président du Musée des ondes Émile Berliner, il faut passer à l'étape suivante.

« Il faut que le Musée soit rentable et il l'est dans la mesure où il est soutenu par sa communauté, c'est-à-dire les différents paliers gouvernementaux. Nous, on fait des campagnes de financement annuelles, mais on est tout petit. On n'est donc pas capables d'aller chercher des quantités incroyables de fonds. Alors, c'est un projet qui se développe lentement. Avec de la patience et de la ténacité, on devrait y arriver », dit Pierre Valiquette.

Un ancien vinyleUn ancien vinyle  Photo :  ICI Radio-Canada/Marie-France Abastado

Pour voir le reportage dans son ensemble et écouter plusieurs extraits, cliquez sur le lien direct suivant:

radio-canada.ca
bande_bas